Aller au contenuNavigation transversale

Vestiges d’une peinture de cheval

Les stigmates de corrosion de la roche calcaire, support des gravures et des peintures, apparaissent à de multiples reprises, notamment dans le Passage où la quasi intégralité des surfaces a été atteinte. Le processus chimique à l’origine de ces dégradations a pour origine la présence de deux ouvertures simultanées de la cavité. Le Passage se situe entre ces deux accès. Ces altérations, déjà anciennes, devaient cesser lorsque l’une au moins des deux ouvertures fut obstruée, par un effondrement partiel du porche d’entrée ou par des phénomènes de solifluxion.
Sur cette peinture de cheval ne subsistent que les membres antéro-postérieurs et la ligne de ventre, segments anatomiques restés à l’abri des échanges d’air chargé d’humidité.

Visuel :

Vestiges d’une peinture de cheval
Légende du visuel : Vestiges d’une peinture de cheval
Crédit photo : N. Aujoulat © MCC-CNP

Liens :

Retour à la grotte
Retour à la salle
Haut de page