Aller au contenuNavigation transversale

Thématique

L'iconographie des grottes se limite à trois thèmes fondamentaux : les animaux, les représentations humaines et les signes. Nous ne retrouvons sur ces parois aucune évocation ni du paysage extérieur, ni des essences végétales de l'époque. Le bestiaire est le reflet de la faune connue des hommes du Paléolithique sans être représentatif de leurs habitudes alimentaires.

Le bestiaire de Lascaux compte près de 600 représentants. Il est très largement dominé par le cheval, alors que cerfs et aurochs sont à égalité, suivis du bouquetin et du bison. Les animaux carnivores, ours et félins, peu nombreux, partagent cette particularité avec les autres sites, d'être gravés ou peints dans les secteurs les plus reculés. Ces animaux, présents de façon discrète dans la nature, le sont également dans la grotte. Pour rendre compte de cela, les peintres ont utilisé différents moyens : en les représentant aux tréfonds de la grotte, en les faisant apparaître dans des dessins déjà existants comme pour l’ours dissimulé dans la bande ventrale d’un grand aurochs, en traçant un dessin très minimaliste, ou bien encore en travestissant l’animal. C’est une hypothèse parfois émise pour interpréter la figure de la Licorne.

Rares sont les sanctuaires où l'image de l'homme figure à plusieurs reprises. Lascaux n'échappe pas à cette tradition ; ce site ne compte qu'une seule représentation anthropomorphe, celle du Puits. Plus fréquemment, la traduction graphique de l'homme se limite à un segment anatomique : mains négatives ou positives, représentations sexuelles féminines et exceptionnellement masculines. L'image de l'homme peut aussi prendre des contours plus sibyllins par substitution de certaines composantes du corps humain par celles d'animaux, cornes, bois, pattes, tête d’oiseau...

On distingue deux catégories de signes. La première possède des formes simples (ponctuations, traites, lignes, stries...), la seconde, des formes plus élaborées qui ne se retrouve que dans quelques sites (arborescences, quadrangulaires...).

Visuel :

L’aurochs reste la figure emblématique de Lascaux, pourtant ce n’est pas l’animal le plus souvent traduit sur les parois de la grotte.
Légende du visuel : L’aurochs reste la figure emblématique de Lascaux, pourtant ce n’est pas l’animal le plus souvent traduit sur les parois de la grotte.

Visuel :

A l’image des autres grottes ornées, le cheval se retrouve dans tous les secteurs de la cavité, avec un pourcentage élevé.
Légende du visuel : A l’image des autres grottes ornées, le cheval se retrouve dans tous les secteurs de la cavité, avec un pourcentage élevé.

Visuel :

Au cours de la seconde moitié du Paléolithique supérieur, la présence du cerf sera concurrencée par celle du renne, surtout dans l’art mobilier.
Légende du visuel : Au cours de la seconde moitié du Paléolithique supérieur, la présence du cerf sera concurrencée par celle du renne, surtout dans l’art mobilier.
Haut de page